L’Epoque Gallo-Romaine

Vers l’an 70 avant J-C, le chef germain Arioviste franchit le Rhin pour s’établir en Haute-Alsace. Douze ans plus tard, le préconsul romain Jules César entreprit la conquête de la gaule et battit Arioviste à l’Ochsenfeld près de Cernay. Avant la bataille, les deux chefs de guerre eurent une entrevue en 58 avant J-C dans une vaste plaine, sur un tertre assez élevé qui pourrait fort bien avoir été le « Hundsrûcken », un tumulus aujourd’hui comblé de la forêt communale au nord d’Ensisheim. Mais on ne peut pas l’affirmer avec certitude.
Sous la domination romaine, l’Alsace connut une période de grande prospérité, l’agriculture, l’industrie et le commerce se développèrent. Trois  grandes routes furent construites qui traversaient l’Alsace du nord au sud. Celles du Rhin, de l’Ill, des Vosges. La route de l’Ill entrait en Alsace près de Bâle. Elle reliait Argentoraria  August près de Bâle à Horbourg en passant par la Hardt, Rixheim et Battenheim. Cette voie empruntait le ban de Réguisheim et est encore connue, de nos jours sous les noms de « Römerstrasse », Altstraessle » ou « Schwitzerstraessle ».
Les trois grandes routes romaines communiquaient entre elles par des chemins de traverses, qui permettaient également l’accès aux vallées vosgiennes. Ces chemins portaient les noms de Schlaässelweg, Koestel ou Kastelgraben doit probablement son origine à la proximité d’un de ces chemins.
La « Mattländergasse » semble aussi d’origine romaine. Ce nom pourrait signifier le Chemin des prés. Or le ban de Réguisheim comptait plutôt des terrains de culture que des prés. Cette dénomination pourrait être une déformation de « Marländergasse » le chemin des Milanais ou bien « Maialandergasse, les champs de      une déesse romaine fort en Alsace. Une quatrième origine, que nous citerons plus loin pourrait être plus vraisemblable.
Les romains fortifièrent notre province en édifiant le long du Rhin et leurs voies des constructions de bois et de terres entourées de fossés et de palissades. A l’emplacement de la « vieille tour romane » actuelle s’élevait certainement une des cent vigies que l’empereur romain Valentinien fit ériger le long de la voie romaine et qui servaient de tours de guet. Les fouilles effectuées en 1859 ont permis de mettre à jour des tombes gallo-romaines. C’est à l’ombre de cette tour que nos ancêtres ont posé les premières pierres du village et se sont établis.

Après Louis le Germanique, l’Alsace fit partie d’un grand duché souabe et se disloqua en un grand nombre de seigneuries ecclésiastiques et laïques. Petites guerres féodales, épidémies, calamités publiques désolèrent la contrée. Les Habsbourg avaient les plus grosses possessions.
Le village appartenait tour à tour aux ducs d’Autriche, au diocèse de Bâle et aux comtes de Ferrette, à différents couvents et à d’autres seigneuries.